Catégories
Qui est en ligne
13 visiteur(s) en ligne actuellement
Renaissance Trationnelle
Renaissance Traditionnelle

Le Grand Orient de France (GODF)

grand-orient-de-france

Le Grand Orient de France est l’obédience maçonnique Française historique par excellence. Elle a vu passer de grands Hommes comme Benjamin Franklin, Lafayette, Proudhon, Jules Ferry, et tant d’autres…

Cette obédience est classée parmi les Grandes Loges dites “libérales” ; en ce sens, elle est progressiste et ouverte aux évolutions de son temps. Elle est désormais mixte et laisse cependant à ses propres loges le libre choix d’initier les Femmes et de les admettre en visite.

Le Grand Orient se définit comme une fédération de rites. Il pratique le Rite Français – dit Groussier, le Rite Français Rétabli, le Rite Écossais Ancien et Accepté, le Rite Écossais Rectifié, le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm.

 

Histoire du Grand Orient de France

L’histoire du Grand Orient de France se confond avec celle de la première Grande Loge de France jusqu’en 1773, date de “naissance” de l’obédience..

En 1773, la Grande Loge de France se scinde :

  • Une partie se détache et devient le Grand Orient de France.
  • L’autre partie prend le nom de Grande Loge Nationale – (Connue aussi sous les appellations de Grande Loge de France ou Grande Loge de Clermont). Cette même année, le duc de Chartres est installé comme Grand Maître de l’obédience.

La Grande Loge de France et le Grand Orient de France tentèrent de se réunifier en 1799, mais sans succès.

godf-groussierEn décembre 1804, le Grand Orient de France unit à lui le Rite Écossais Ancien et Accepté. Le Grand Directoire des Rites (toujours en vigueur au Grand Orient de France) fût créé à cet effet l’année suivante, afin que les hauts-grades Écossais soient toujours sous la coupe du Suprême Conseil du 33e degré en France, comme constituante du Grand Directoire. Cette tentative fut un bref instant contestée 1Le traité d’Union entre le Grand Orient de France et le Rite Ecossais Ancien et Accepté fut signé début décembre 1804. Il fut contesté par une minorité le 6 septembre 1805 et des aménagements au traité, parfois appelé concordat, furent signés le 16 septembre, soit 10 jours après sa remise en cause .

Le Grand Orient créa le Suprême Conseil des Rites en 1815, chargé d’administrer l’ensemble des rites et hauts-grades pratiqués. Germain Hacquet 2Grand Officier fondateur du Suprême Conseil de 1804, “Américain” en ce sens qu’il fit partie des Frères qui ramenèrent le Rite Écossais Ancien et Accepté, il exerça l’office de Grand Maître des Cérémonies au sein du Suprême Conseil du 33e degré en France. fut alors nommé Grand Commandeur.

Fait marquant, en 1862 le Maréchal Magnan fût nommé Grand Maître du Grand Orient de France par Napoléon III. Il reçu les 33 degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté en une journée…

Pendant la guerre civile qui oppose les Communards aux Versaillais, en 1871, des Loges du Grand Orient de France montent sur les barricades, les bannières au vent, afin que cessent les hostilités.

1877 est une date charnière dans l’histoire de cette obédience… Le Convent vote la modification de l’article 1er de la Constitution de l’obédience. Sur les conseils du Pasteur Desmond, afin de laisser à ses membres une liberté de penser totale, la phrase suivante est supprimée : “La Franc-Maçonnerie a pour principe l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme”. A ce moment, le Grand Orient de France se place dans l’irrégularité par rapport aux Landmarks édictés par la Grande Loge Unie d’Angleterre. Les obédiences Anglo-Saxonnes rompent alors leurs relations avec le Grand Orient.

En 1913, deux Loges du Grand Orient de France, ayant comme motivation de pratiquer le Rite Écossais Rectifié, se séparent de l’obédience et créent la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies. Il s’agit des Loges “Le Centre des Amis” et “L’Anglaise 204”. Cette obédience deviendra la Grande Loge Nationale Française.

Depuis 1877, le Grand Orient de France se place en leader de la Franc-Maçonnerie dite libérale.

 

La Constitution du Grand Orient de France

Voici la Constitution actuelle du Grand Orient de France.

La Franc-Maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et la pratique de la solidarité ; elle travaille à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité.
Elle a pour principe la tolérance mutuelle, le respect de autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience.
Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique. Elle a pour devise : LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE.

La Franc-Maçonnerie a pour devoir d’étendre à tous les membres de l’Humanité les liens fraternels qui unissent les Francs-Maçons sur toute la surface du globe.

Le Franc-Maçon a pour devoir, en toute circonstance, d’aider, d’éclairer, de protéger son Frère, même au péril de sa vie, et la défendre contre l’injustice.

La Franc-Maçonnerie considère le Travail comme un des devoirs essentiels de l’Homme. Elle honore également le travail manuel et le travail intellectuel.

La Franc-Maçonnerie possède des signes et des emblèmes dont la haute signification symbolique ne peut être révélée que par l’Initiation.
Ces signes et emblèmes président, sous des formes déterminées, aux Travaux des Francs-Maçons, et permettent à ceux-ci, sur toute la surface du globe, de se reconnaître et de s’entraider.
L’Initiation comporte plusieurs degrés ou grades. Les trois premiers degrés sont celui d’Apprenti, celui de Compagnon, et celui de Maître qui seul donne au Franc-Maçon la plénitude des droits maçonniques.
Nul ne peut être dispensé des épreuves graduées prescrites par les rituels.

La souveraineté s’exerce par le suffrage universel.

 
Le Grand Orient de France aujourd’hui

La principale obédience française aujourd’hui, avec plus de 53 mille membres, est sans conteste le Grand Orient de France. Cette obédience progressiste travaille au Rite Français principalement. Néanmoins, certaines de ses loges travaillent au Rite Ecossais Ancien et Accepté, au Rite Ecossais Rectifié et au Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm 3Il est à ce titre la plus grosse obédience de ce rite. Un Grand Collège des Rites administre ses “hauts grades”.

Moderne, le Grand Orient initie et accepte les Femmes. En ce sens, il rompt avec les “Constitutions d’Anderson” et la “régularité” maçonnique. D’ailleurs, les sujets politiques et religieux n’y sont pas interdits.

La laïcité est le crédo du Grand Orient. Son anticléricalisme n’est malheureusement pas qu’une légende. Lorsque le Pape est venu en France en 1996, ses Grands Officiers manifestaient à Valmy pour interdire sa venue. Cependant, nombreux sont les Frères de cette obédience qui ont des préoccupations spirituelles.

Depuis 2010, le Grand Orient de France est devenue une obédience mixte car acceptant au niveau de l’obédience l’initiation des Femmes en ses Loges. Cependant, ses Loges ont le choix d’accepter ou pas les Soeurs parmi leurs membres.

Le Grand Orient de France est le “leader” de la frange libérale de la Franc-Maçonnerie. Il est reconnu comme l’opposition à Londres et sa sphère d’influence dans le monde croît d’année en année. Il publie une revue d’actualités intitulée : Humanisme

Adresse :
Grand Orient de France
16 rue Cadet
75009 Paris

Site web : https://www.godf.org

 

Notes   [ + ]

1. Le traité d’Union entre le Grand Orient de France et le Rite Ecossais Ancien et Accepté fut signé début décembre 1804. Il fut contesté par une minorité le 6 septembre 1805 et des aménagements au traité, parfois appelé concordat, furent signés le 16 septembre, soit 10 jours après sa remise en cause
2. Grand Officier fondateur du Suprême Conseil de 1804, “Américain” en ce sens qu’il fit partie des Frères qui ramenèrent le Rite Écossais Ancien et Accepté, il exerça l’office de Grand Maître des Cérémonies au sein du Suprême Conseil du 33e degré en France.
3. Il est à ce titre la plus grosse obédience de ce rite