Catégories
Qui est en ligne
13 visiteur(s) en ligne actuellement
Renaissance Trationnelle
Renaissance Traditionnelle

La Grande Loge de France (GLDF)

gldf

La Grande Loge de France est une obédience Française, régulière et Traditionnelle qui compte 35.000 Frères. Son siège est situé au 8 rue Puteaux à Paris, dans un ancien couvent.

La Tradition de la Grande Loge de France est issue du Rite Écossais Ancien et Accepté, d’où elle tire sa fondation de 1894. Depuis 1804, date de création du premier Suprême Conseil de France 1Tous les Suprêmes Conseils Français actuels sont issus de ce premier Suprême Conseil qui a disparu vers 1815-1816 (Suprême Conseil du 33ième degré en France) l’évolution de cette obédience a toujours été de près ou de loin liée à celle du Rite et du Suprême Conseil. Elle reste cependant administrativement indépendante de ce dernier.

Cette obédience pratique historiquement et principalement le Rite Écossais Ancien et Accepté. Quelques unes de ses loges pratiquent également le Rite Écossais Rectifié, le Rite Émulation et le Rite Français. Les loges ne pratiquant pas le REAA ne peuvent essaimer (créer d’autres loges).

 

Histoire de la Grande Loge de France

La première Grande Loge de France (1728 – 1799)

La première Grande Loge de France – qui ne doit pas être confondue avec l’actuelle Grande Loge de France et qui n’a aucun lien avec elle – a été créée entre les mois de mai et de juillet 1728, par le Duc de Warton, Passé Grand Maître de la Grande Loge de Londres. En 1738, l’Ordre se dote de son premier Grand Maître Français : le Duc d’Antin. En 1771, la Grande Loge de France a 41 loges dans Paris, 169 en provinces, 11 dans les colonies, 5 à l’étranger et 31 loges militaires.

En 1773, la première Grande Loge de France se scinde :

  • La partie principale prend le nom de Grand Orient de France.
  • L’autre partie prend le nom de Grande Loge Nationale – (Connue aussi sous les appellations de Grande Loge de France ou Grande Loge de Clermont). La Grande Loge Nationale, ou Grande Loge de France, était principalement composée de loges parisiennes. En 1778, elle comptait 129 « Maîtres de Loges » (Vénérables Maîtres) dans Paris, et 247 loges en province.

templefrooseveltgldfEn 1799, soit 10 ans après la Révolution Française, les deux Grandes Loges fusionnèrent. Mais plusieurs loges de la Grande Loge de France refusèrent cette fusion et créèrent la Loge Mère Écossaise de France (connue aussi sous le nom de St Alexandre d’Écosse). Cette dernière obédience rejoindra le Grand Orient en 1805.

Le 27 août 1804, Mr De Grasse Tilly décide de créer avec des Loges de la Mère Loge Écossaise de France, la Grande Loge Générale Écossaise de France et le Suprême Conseil de France pour le Rite Écossais Ancien et Accepté 2Installation officielle du Suprême Conseil du 33e degré en France le 22 décembre 1804, sous les auspices du Grand Orient de France. . Début décembre 1804, le Rite Écossais Ancien et Accepté s’uni au Grand Orient de France 3Le terme de Concordat est parfois utilisé. . En septembre 1805, l’union est contestée par une minorité 4En fait, une rupture entre les protagonistes a lieu le 6 septembre 1805 et un nouvel accord est trouvé le 16 septembre, soit 10 jours après exactement. ; des aménagements sont trouvés et le Grand Orient conserve l’administration des degrés 1 à 18 du Rite Écossais Ancien et Accepté, le Suprême Conseil exerçant sa juridiction sur les degrés 19 à 33.

En 1815 le Grand Orient crée son Suprême Conseil et nomme Germain Hacquet comme Souverain Grand Commandeur. Le Suprême Conseil du 33e degré en France cesse toute activité jusqu’en 1821. Ses restes seront intégrés au Suprême Conseil de France.

Le Suprême Conseil de France (1821)

Le 24 mars 1821, le Suprême Conseil de France est constitué par celui dit “d’Amérique” 5Il s’agissait du Suprême Conseil des Isles d’Amérique dans le Vent et sous le Vent, fondé en 1803 par Grasse-Tilly et réveillé par Delahogue vers 1810 et crée la Grande Loge Centrale, chargée d’administrer les loges bleues mais restant sous la tutelle du Suprême Conseil.

Durant la révolution de 1848, sept loges de la Grande Loge Centrale (le Suprême Conseil de France) créent la Grande Loge Nationale de France afin de donner à la Franc-Maçonnerie un esprit républicain. En 1851, le Gouvernement Français interdit cette Grande Loge.

Le Suprême Conseil décide en 1873 que tous les documents maçonniques et que toutes les déclarations doivent commencer par “A La Gloire du Grand Architecte de l’Univers, Sous le Nom et les Auspices du Suprême Conseil de France, Liberté, Égalité, Fraternité”.

En 1881, la Grande Loge Symbolique Écossaise refuse à la loge “Les Libres Penseurs”, Orient du Pecq, le droit d’initier des Femmes. Le 9 janvier 1882, les “Libres Penseurs” manifestent leur souhait de se détacher de leur obédience. Le 14 janvier, ils initient Maria Deraismes.

La Grande Loge de France actuelle (1894)

Le 7 novembre 1894, les loges de la Grande Loge Centrale créent une Grande Loge autonome chargée d’administrer les loges bleues du Suprême Conseil : La Grande Loge de France. La Grande Loge de France et la Grande Loge Symbolique Écossaise se rapprochent. Leur fusion sera achevée en 1911.

La Grande Loge de France actuelle est donc née en 1894 des loges bleues du Suprême Conseil de France. Elle ne doit pas être confondue avec la première Grande Loge dite “de France” du 18e siècle avec laquelle elle n’a aucun lien.

 

La Déclaration de Principes

Voici la Déclaration de Principes de la Grande Loge de France, telle qu’elle a été approuvée en 1955.

La Grande Loge de France travaille à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers.

Conformément aux traditions de l’Ordre, trois Grandes Lumières sont placées sur l’autel des Loges : l’Équerre, le Compas et un Livre de la Loi Sacrée. Les Obligations des Maçons sont prêtées sur ces trois Lumières.

La Grande Loge de France proclame son indéfectible fidélité et son total dévouement à la Patrie.

La Grande Loge de France ni ses Loges ne s’immiscent dans aucune controverse touchant à des questions politiques ou confessionnelles. Pour l’instruction des Frères, des exposés sur ces questions, suivis d’échanges de vues, sont autorisés. Toutefois, les débats sur ces sujets, ne doivent jamais donner lieu à un vote, ni à l’adoption de résolutions, lesquelles seraient susceptibles de contraindre les opinions ou les sentiments de certains Frères.

En ce qui concerne les principes autres que ceux définis ci-dessus, la Grande loge de France se réfère aux « Anciens Devoirs », notamment quant au respect des Traditions de la Franc-Maçonnerie et quant à la pratique scrupuleuse et sérieuse du Rituel et du Symbolisme en tant que moyens d’accès au contenu initiatique de l’Ordre.

 

La Grande Loge de France aujourd’hui

L’actuelle Grande Loge de France est tournée vers la Tradition. Elle respecte les “Constitutions d’Anderson” et toutes ses loges doivent avoir un Volume de la Loi Sacrée 6la Bible , recouvert d’une équerre et du compas.

Les travaux sont ouverts “à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers”. Elle n’impose pas de croyance en un Dieu révélé mais elle demande à tous ses membres de croire en un principe créateur de l’Univers : Le Grand Architecte de l’Univers. De même, les discutions religieuses et politiques sont interdites dans ses loges. Cependant, cette obédience se tourne de plus en plus vers la société en invitant parfois des ministres lors de ses colloques ou en en organisant conjointement avec des ministères.

Les travaux de cette Grande Loge sont symboliques, spirituels et parfois sociétaux. Son “siège” est à Paris. Elle diffuse une revue symbolique d’une bonne qualité : Points de vues initiatiques.

Adresse :
Grande Loge de France
8, rue Puteaux
75017 Paris

Site web : https://www.gldf.org

 

Notes   [ + ]

1. Tous les Suprêmes Conseils Français actuels sont issus de ce premier Suprême Conseil qui a disparu vers 1815-1816
2. Installation officielle du Suprême Conseil du 33e degré en France le 22 décembre 1804, sous les auspices du Grand Orient de France.
3. Le terme de Concordat est parfois utilisé.
4. En fait, une rupture entre les protagonistes a lieu le 6 septembre 1805 et un nouvel accord est trouvé le 16 septembre, soit 10 jours après exactement.
5. Il s’agissait du Suprême Conseil des Isles d’Amérique dans le Vent et sous le Vent, fondé en 1803 par Grasse-Tilly et réveillé par Delahogue vers 1810
6. la Bible